La marche rapide peut jouer un rôle important dans le traitement de la dépression 

C’est la recommandation des scientifiques écossais de l’Université de Stirling.

marcher-aide-combattre-depressionToutes les études précédentes avaient démontré que pratiquer une activité physique intense pouvait  aider à soulager les symptômes de la dépression. Mais jusqu’ici, l’effet d’activités physiques moins fatigantes était encore obscur.

Grâce à cette nouvelle étude, la marche rapide est désormais considérée comme ayant un “grand effet” sur la dépression.

Sachant qu’une personne sur dix ferait face à une dépression à un certain moment dans sa vie, toutes les solutions visant à l’éviter ou à l’amenuiser sont les bienvenues.

La dépression est enfin considérée par tous comme une maladie, qui est traitée avec des médicaments lorsqu’elle est à un stade avancé.

Mais lorsqu’il s’agit des premiers symptômes, les médecins peuvent également préconiser de pratiquer quelques mouvements physiques avant de prescrire un traitement médicamenteux.

Pour mener à bien leurs recherches, les scientifiques ont étudié les résultats sur 341 personnes. La conclusion est que la marche a un rôle efficace contre la dépression. Rôle semblable à d’autres formes d’exercices plus intensives. Ce qui est une bonne nouvelle pour les personnes non-sportives. Et également pour les femmes enceintes qui sont particulièrement sensibles aux formes légères de  la dépression. En effet, certaines femmes sont plus vulnérables pendant leur grossesse et pendant les semaines ou les mois après leur accouchement. Ainsi la marche s’avère totalement indiquée (surtout après le premier trimestre de grossesse) et représenterait une solution inoffensive pour la mère et l’enfant.

Avec l’immense avantage que la marche peut être pratiquée par tout le monde.

De plus, elle ne nécessite pas de frais, pas d’équipement spécifique et est relativement facile à intégrer dans notre vie quotidienne : Troquons la voiture pour la marche, descendons 2 arrêts de bus plus tôt pour continuer à pieds, prenons le plus possible les escaliers, prenons le temps de faire une rapide balade pour nous aérer lors de la pause déjeuner, etc. Toutes les excuses sont bonnes pour marcher.

Bien qu’il reste un complément de recherche à faire sur les questions relatives à la durée, à la vitesse et au lieu (à l’intérieur ou à l’extérieure) de la marche, on considère que 30 minutes de marche par jour serait déjà un très bon début … et cela – également en prévention de la dépression.

Pierre Simon pour Psychologika